Visiteur
Accueil Forum Messagerie Sorties Vidéos Recherche Favoris Mon Compte Aide
Connexion


prfrenchie

Lui écrire
Ses Brèves
Ses Sorties
Ses Albums
Ses Tribunes
Ses Journaux
Ses Balades
Son Bilan




S'abonner

Publicité
JournalPremiers contacts là où tout ne se passe pas...

Belgique le retour: serré serré ...
par prfrenchie

3ème et dernier volet de mon 1er voyage à Québec… le retour… près de 3.000 mots ! Pour les motivés uniquement !! ;-D

Ayant décidé de voir au moins un jour Montréal, la veille de reprendre l’avion de Dorval pour l’Europe, j’avais pris rendez-vous avec un iCéen qui s’était bien gentiment proposé de jouer les guides …

J’avais donc prévu de quitter Québec-ville Sainte-foy dimanche matin le plus tôt possible, le lendemain de notre sympathique soirée iCéenne organisée par Titanick.

Je reprends l’Orleans-express pour Montréal de 10h de Ste Foy… Je vous passe mon état à ce moment là de la séparation, juste pour dire que le chauffeur du bus m’a gentiment proposé des mouchoirs en papier tellement je lui faisais pitié…

Le voyage bus retour sur Montréal fut bien plus court puisque là, pas eu besoin de bifurquer par Sherbrooke. Et puis alors c’est vraiment la ligne droite là ! On a suivi le fleuve tout du long ! C’est sans encombre (…wow…) que j’arrive sur Montréal à 12h45, 10 minutes avant l’heure prévue… Je reprends confiance en l’infrastructure québécoise.

Je téléphone comme convenu à mon RV iC.
Pas de réponse sur son N°… ??
Je me dirige donc vers la sortie et cherche à rejoindre la rue Saint-André, où j’ai réservé une chambre à seulement 40$ la nuit (chambre la moins chère et qui empestait la vieille clope…) dans un gîte que je décrirai pas ici.
Je le mettrais dans la rubrique « Avis » pour ceux qui veulent savoir… Mais en même temps, je ne peux pas vous dire que j’ai une expérience étendue des B&B… Donc jugement mitigé…
Je passe aussi le détail de ce local (pas loin du clodo) qui m’a suivie depuis la sortie de la station jusqu’au B&B en m’offrant son aider, me tenant la jambe alors que j’avais rien demandé etc.… à tel point que je dus me réfugier dans le 1er hôtel venu en espérant qu’il s’en aille… ben non… il m’a suivie avec son vélo jusqu’à ce que je sois effectivement rendue… quelle bonne âme n’ est-ce-pas ?

Le gîte s’appelle « le Simone » et est tenu par un couple d’homos… Je ne sais plus qui m’a dit que Montréal était LA ville des homos. Alors forcément, dans ce B&B, j’en ai croisé quelques uns…
Le B&B n’affiche pas une plaque comme un hôtel classique, il faut chercher…
En l’occurrence, le gîte est composé de plusieurs portes d’accès, toutes sur la même rue…
La maison date du début du xx ème, architecture qui me rappelle celle des maisons anglaises et hollandaises de la même époque. Porte d’entrée étroite, minuscule, pas de place pour deux. Le gérant de l’hôtel m’accueille, monte ma valise… heureusement, l’entrée n’est QUE escaliers… même chose pour toute la maisonnée… jamais vu ça ! suite d’escaliers, portes menant à l’étage de la maison voisine, 2 ou 3 chambres par étage et une cuisine ou salle de bains aménagée par étage…
Un véritable dédale d’escaliers et de portes, couloirs et petites salles (cuisines, wc, sdb, salle de lecture/tv, cyber etc…). Je me demande franchement si de telles architectures avaient servi de logis à des familles ?
Tout est décoré « country » et meubles récup pour la plupart… pas laid, les murs en briques rouges anciens, laissés nus pour certains, confortent le style européen de l’édifice… les escaliers, murs internes, chambres, sols, en plancher et bois…
Malentendu, manque de précision, mon guide et moi nous sommes manqués. Je me retrouve donc seule à Montréal et pas envie d’arpenter les rues interminablement longues sans la moindre idée d’où je suis, où je veux aller, comment, combien de temps, revenir, etc.… Casanière comme je suis, je suis même tentée de rester bien peinardement devant mon ordi à chatter avec mon « tcheume » ;-D mais il me pousse à faire quelque chose « Que tu sois pas là-bas pour rien »… Je décide de lancer un appel sur le forum iCéen…

Ni une, ni deux, Paris28 avec qui j’ai déjà tchatté se propose pour un café dans les environs. Le blind date quoi !
Lui connaît ma bouille mais moi pas la sienne, alors en l’attendant dehors, j’étais un peu mal à l’aise. Osant à peine regarder les passants de la gente masculine de la trentaine, j’attends le regard dans le vide. Il arrive directement sur moi et les présentations sont spontanées. Il m’emmène dans un café qui ressemble d’architecture à mon gîte : l’entrée porte étroite ouvre sur un escalier élevé.
Ça se passe là-haut.
Une suite de petites pièces directement juxtaposées les unes aux autres et dont les portes ont été retirées, ce qui permet aussi une vue de l’ensemble en perspective. Très en vogue aussi à Anvers ce genre d’endroit mais ici, d’une pièce à l’autre, pêle-mêle, mobilier de brocante, murs aux couleurs d’épices chaleureux.
La partie droite est assez fréquentée, on est en milieu d’après midi, il y a beaucoup de jeunes mais la clientèle est hétéroclite… on s’installe dans la partie gauche à l’opposé du bar, plus tranquille où l’on entend moins la musique qui vient du bar. Dans cette partie, un coin lecture, une pièce étudiants penchés sur leurs cours épars sur des vieux sofas et des poufs fatigués, plusieurs salles avec des vieilles tables de bistro récupérées.

On s’installe, deux joueurs d’échecs derrière nous s’en donnent bruyamment à cœur joie. Fait pas bien chaud, je commande un chocolat et Paris28 de même.
On a discuté sympathiquement pendant … euh, 2 heures? Bon OK, j’ai pas « vu » Montréal… mais au pied levé comme ça c’est un peu court…
Une visite touristique d’une ville pareille demande de l’organisation. Alors ce sera pour une autre fois.
Demain je reprends l’avion pour Zurich à Dorval à 17h15… Donc devrai être à Dorval à 15h au plus tard, ce qui me fait reprendre le bus de Montréal à Dorval au moins 1heure avant… Cela me donnera juste le temps de déjeuner à midi avec 3d2i qui m’a gentiment promis de me rencontrer aussi…

Ce soir là, en rentrant, je m’achète vite fait un repas à réchauffer au micro-ondes et un petit dessert… Je partage le « souper » avec le vieil homo de la maison qui fait presque partie des meubles… Il a une chambre juste à côté de la salle des ordis mais m’avoue ne rien y comprendre… Ma B.A. du jour : je lui explique ses premiers pas sur internet et lui fait une adresse sur yahoo… Et voilà Pat s’est fait un(e) pote de la joyeuse communauté…

J’ai rencontré 3d2i le lendemain. On s’est donné rendez-vous à midi moins quelques… J’ai remis les clés de ma chambre et descendu bruyamment ma lourde valise dans l’étroit escalier de bois…
Nous nous dirigeons vers la station où je vais prendre mon billet pour Dorval. Puis, directions les consignes… Et paf… bien sûr, le clash du jour : les casiers sont tous trop petits pour accueillir mon encombrant bagage à roulettes. On fait ensemble le tour du bloc… Ben non, pas un seul casier de « taille »… Pas de consigne pour les « grands » bagages !

Ben me voilà condamnée à traîner ma lourde valise dans la sloche jusqu’au restaurant ! …
Ah au fait, quel restaurant ? Ben on sait pas…
Alors nous voilà repartis dans les rues de Montréal.

Chemin faisant, le modérateur bien connu des iCéens m’entraîne vers le centre commercial sous-terrain de la ville. Là, où tout ou presque se passe !

Il est midi trente… Je commence sérieusement à avoir faim mais je dois dire que le niveau restauration du centre commercial me laisse perplexe.
Autour d’une place comme un « full men’s land » où s’entassent des tables débordantes de clients affamés et bruyants, se suivent des restaurants qui débitent au rythme fast food leur spécialités : le québécois et sa Poutine, pas encore eu le courage de goûter ça… ; l’Italien à pizzas, le chinois et son riz cantonais, le japonais et ses sushis (miam !)…
Mais malgré ma faim, le bruit et la foule font que je préfère ressortir du centre commercial et chercher un endroit plus « calme » pour manger sereinement… Mauvais pour mes crises d’angoisse ça le bruit.
Nous voilà repartis dans l’autre sens. Notre choix s’arrêtera sur un petit resto italien où l’on demande à être servis ‘presto rapido’ ce qui nous est accordé à condition de choisir un plat à base de pâtes…
L’accueil des serveuses est bien sympathique et l’Europe les fait rêver de vacances… Je promets de revenir… hum… on verra…

Retour à la station en passant par les ruelles, on accélère le pas… toujours dans la sloche…
Je remercie 3d2i d’avoir tiré à son tour ma valoche et attendu le bus avec moi.
Cette fois-ci, le trajet centre-ville aéroport fut couvert en moins de temps qu’à mon arrivée par le taxi escargot !
Je reprendrais donc le bus si je dois repasser par Dorval-Trudeau ou Mirabel. (12€ le bus au lieu de 31€ le taxi !! y’a pas photo hein ! ).

Arrivée à Trudeau (faut plus dire Dorval, c’est officiellement Trudeau maintenant ! Mais retenez quand même les deux noms car votre agence de voyage n’est sûrement pas au faîte de cette actualité)… C’est comme j’avais lu quelque part que l’iris devait remplacer le symbole du lys dans l’affichage de l’identité québécoise (pour le drapeau je sais pas) – demandez donc à Starmania – mais apparemment cela ne suit pas dans la pratique… Quelle en était la raison, eh bien officiellement le fait que le lys ne pousse pas au Québec (ni dans tout le Canada d’ailleurs) et que l’iris est bien plus représentatif de l’identité du pays… Officieusement un désir d’effacer le rappel d’appartenance à la France monarchique ? Sans commentaires et sans jugement aucun… .
Je repère la compagnie de mon vol : Swissair (pas directs mais pas chers) et enregistre mon bagage…
Sur les conseils de l’agent de comptoir, je me dirige rapidement vers la porte magnétique et de contrôle des bagages à mains… Je rejoins la zone de ma porte d’embarquement et cherche à téléphoner à mon « tcheume » avec la même carte globo qui m’a causé bien des misères à mon arrivée… Sûre que ça va marcher, je sais les utiliser maintenant ! J’ai maintes fois appelé l’Europe depuis Sainte Foy… Alors, depuis Montréal, comment j’appelle Sainte Foy… d’une cabine téléphonique ? Ben pareil tiens ! … Ben ce s’ra pour une autre fois hein… Je suis vraiment pas douée …pas assez de piécettes pour l’appel, j’utilise ma carte de crédit… ce qui me coûtera cher me dit mon chum (véritable orthographe).
On embarque, je prends ma place et retrouve les mêmes systèmes vidéo qu’à l’aller… Ouf, pas les mêmes films, bien les mêmes dessins animés…
Le voyage retour est beaucoup plus rapide que l’aller ! Seulement 6h et quelques, portés par le vent en regard des 9 heures de l’autre sens… Seul désagrément du voyage, j’ai bien du attendre 2 heures (de ma place hein, j’ai pas fait la file debout ) pour pouvoir aller aux toilettes. Je me demande encore ce qu’ils ont mis dans ces boissons…

Arrivée à Zurich avec un peu de retard… j’avais en principe 45 minutes au moins pour rejoindre ma correspondance… Me voilà à courir de nouveau pour attraper la navette métro qui me mener à la porte d’embarquement pour le vol Zurich-Bruxelles…
Et là, bing ! Une foule incroyable qui se double et s’engueule pour passer le contrôle magnétique et tapis de bagage à main… Je me laisse porter, me faufile discrètement, gagne quelques pas… Tout le monde peste, râle en plusieurs langues contre l’efficacité et l’organisation suisse, qui va lentement, très lentement, sans s’énerver… Vous croyez qu’ils ont « ouvert » la quatrième porte ? Non non voyons, tout va bien ! …
Je passe mon tour, je regarde sans sympathie le personnel peu concerné par les retards qu’il occasionne mais ne dis rien… Je sais, j’ai choisi la compagnie la moins chère… alors je me tais et je subis.
A la porte d’embarquement, on nous attend. Je suis l’avant-dernière… Je m’installe avec beaucoup de mal entre deux sièges occupés par des bureaucrates-cravates ronflants. Toujours en classe sardine-en-boîte, je me dis que y’en a plus que pour pas une heure…

10 minutes plus tard, le dernier passager est embarqué. On attend… On attend… On attend… 10 minutes encore annonce le capitaine… pour faire la queue au dégivrage/déneigeage des ailes… 20 minutes plus tard, on se dirige enfin tout aussi lentement vers la piste de décollage… et hop, enfin décollage avec un bon ¾ d’heure de retard…
Je suis très mal à l’aise, impossible de bouger du tout, pas intérêt à avoir envie pipi là. L’atmosphère n'est pas très fraîche. Heureusement j’ai une lingette d’eau de Cologne ! J’en ferais usage et force abus tout au long du voyage…

On est à quelque kilomètres de Bruxelles/Zaventem… Ouf, l’air libre ! Et là, PAF ! Rebelote coup de théâtre ! Le pilote annonce (d’abord en suisse-allemand que je comprends directement) que vu le retard que nous avons et le trafic sur Bruxelles, nous devons voler en rond pendant au moins 15 minutes supplémentaires… Je bous ! Je hurle intérieurement ! Tant je sais d’ores et déjà que pour chaque minute de patience demandée il faut la multiplier par 2 voire 3 … Je suis au supplice.

Finalement, on entame la descente ! Et plus vite qu’il ne faut pour le dire (on vole pas très haut sur un courrier rapide), le bruit typique des roues sur le sol ! Mes voisins se réveillent… Comme je voudrais savoir « déconnecter » comme ça !

Je rejoints les douanes, attend mon tour… Il y avait beaucoup de voyageurs de type africain dans l’avion et c’est avec beaucoup de patience qu’ils subissent le contrôle plus que suspicieux des agents… Plus que pour les « blancs » dont je suis… Cela me met mal à l’aise mais en même temps l’on sait très bien que c’est nécessaire par les temps qui courent…

C’est mon tour : l’agent féminin prend mon passeport… « Vous êtes française ? » - « Oui. »
Elle en flamand : « Vous parlez néerlandais ? ».
Moi : « un peu…(?) »
Elle , toujours en néerlandais : « Vous habitez depuis longtemps en Belgique ? »
Moi dans la même langue et sans faute : « Ja, sinds 12 jaren mevrouw, waarom ? » …
Elle tout sourire, toujours en néerlandais : « Ah mais vous parlez parfaitement le néerlandais ! Bon retour chez nous ! »…
Je reprends rapidement mon passeport… No comment.

J’arrive vers le tapis roulant des bagages… j’attends… Je ne vois pas ma valise pourtant volumineuse… Suis-je bien au bon endroit ? Je cherche autour de moi… Je reconnais quelques passagers de mon vol, je suis au bon endroit, oui,… J’attends encore quelques minutes… les derniers passagers de mon vol ont récupéré leur bagages… Déjà l’écran affiche l’arrivée prochaine sur la bande des bagages d’un autre vol…

Zut ! Angoisse ! Où est ma valise ! Je me dirige vers un agent qui me redirige vers le bureau des réclamations de bagages… Je suis déjà tellement en retard, je pense au taxi de l’agence de voyages qui m’attend pour me ramener chez moi… On avait rendez-vous à 9heures, il est presque 10h45 ! Il sera plus là !! Il est 11h quand je sors du bureau des réclamations munie de mon folio d’identification de mon bagage…

Je me précipite vers l’extérieur de la zone, un regard pour l’agent… je descends un étage comme convenu par écrit sur ma fiche récapitulative pour retrouver la salle d’attente près de la porte de sortie… Pas de chauffeur qui m’attend avec le panneau du nom de mon agence de voyage… Il ne m’a pas attendue, c’est normal.
Je me dirige vers une cabine téléphonique à proximité : insère quelques cents d’€… pas assez… j’insère 1 pièce de 2 € (j’ai pas moins) : elle retombe… recommence : idem… ??? Je comprends : ma pièce de 2€ est fausse… J’en prends une autre de 2€ : idem… Je vous laisse imaginer combien de pièces comme celle-là circulent…
Ma visa n’est pas acceptée non plus par les appareils…
Désespérée moi ? Meueueuh non donc ! J’ai l’habituuuude !!! ahahah !

Et hop, rattrape pour la 10ème fois mon bardas, et cherche des yeux comment me sortir de cette m…. tout à fait normale…
Et puis, là, mine de rien, un petit magasin de téléphonie… Ils vendent des téléphones cellulaires… non, je ne veux pas acheter de téléphone cellulaire… juste demander le change d’un billet de 5€ en pièces de 1… et je vois des téléphones dans le mur là ! Ni une, ni deux ! Je demande à téléphoner : oui bien sûr madame ! (…wow…)

Je joins mon agent de voyage sans problème qui m’annonce qu’il prévient le taxi… de me rendre à la salle d’attente comme prévu et que tout va s’arranger…
« Vous croyez ??? » Je lui aurais sauté au cou en pleurant s’il avait été en face de moi là…

5 minutes plus tard j’étais dans le taxi avec le même gentil chauffeur qui m’avait amenée à l’aéroport 3 semaines plus tôt… 30 minutes plus tard j’étais chez moi et téléphonais sans même enlever mon manteau à mon tcheume pour le prévenir de mon arrivée !!! toute à ma joie, j’oublie de regarder l’heure : 11h45 ! Aïe ! Je raccroche précipitamment en réalisant que 11h45 moins 6h de décalage, ça fait… bien tôt encore…

Plus tard il me dira qu ‘il a entendu le téléphone sonner et qu’il avait bien compris que c’était sa distraite de voyageuse …

A l’heure où j’écris ces lignes, moins d’une semaine après mon retour, je suis sous Citroxine pour combattre une infection rénale et urinaire due au stress que j’ai subi…
Et j’ai chopé le rhume des foins, moi qui ai jamais été allergique à rien !… Aaarrrggghhh !!! …
Juste avant de partir pour le Québec, je guérissais péniblement de deux mois de crève-grippe-angine-trachéo-brochite-sinusite-rhume total entre décembre et fin janvier… Là-bas, au Québec, j’ai rien eu pendant 3 semaines ! Je reviens, et hop : infection/allergie…

J’attends plus qu’une chose de ma vie ici, c’est de REPARTIR, ET POUR DE BON !



Péripétievement vôtre,

Patricia

prfrenchie

<< Précédente    Page 3    

1
2
3
Première rencontre ... ;-)
Péripéties de prfrenchie... ;-D
14/02/04
25/02/04
28/02/04

Commentaires
magc10022 - 28 February 2004 - 17:28
 
Rien de personnel mais je crois que je ne te demanderai jamais de m'organiser mes voyages

La prochaine fois que tu passe a Montreal fais moi signe

Magali

frogdoz - 28 February 2004 - 21:18
 
Merci de nous faire partager les impressions de ton premier voyage au Canada, de maniere si detaillee et si plaisante.

Cependant, je reste un peu sur ma faim a propos des activites, visites et commentaires lors de ton sejour proprement dit...

A moins que ton chum et toi n'ayez vecu que d'amour et d'eau fraiche sans sortir ...!?!?

A quand le retour (au Quebec bien sur!)?

ferialben - 29 February 2004 - 01:44
 
Que de péripéties en effet

J'espère que le grand départ se fera sous de meilleurs auspices

marietka - 29 February 2004 - 09:41
 
Tiens, c'est bizzzaare. Moi aussi, j'ai des problèmes de santé en europe (d'ailleurs j'ai une rhino-angino-sinusito-gastro...) et là bas... que dalle, jamais malade...
C'est à rien n'y comprendre !

iansolo - 01 March 2004 - 15:02
 
Interessant et très divertisant.

Tu ne serais pas un chouia impatiente par hasard???

Courage,



Ajouter mon Commentaire

Retour aux Journaux

Publicité

  Bilans
 [presque] toute une vie à l'étra…
 Moi... iti... rentrer maison
 Amplitude thermique
 Mon bilan en France
 Une Francaise devenue Quebecoise…

 Tribunes
 pluralité gastronomique à montre…
 Qui ment à qui ?
 carte de resident permanent
 Aujoud'hui nous sommes devenus C…
 Harry Potter et la coupe de feu

 Best-Of
 Hypocrisie et peau de banane
 Star Épidémie avec Julie Snyder
 Pas si moutons que cela les Québ…
 L'Ontario est plus tolérant que …
 Les oui qui cachent des non

 Journaux
 Marre d'en avoir marre
 evolution...
 Choix du déménageur
 Du rififi dans les banques canad…
 Quand comparaison devient raison

 Balades
 Miami-Beach en Floride
 Une virée dans le bush, à la rec…
 L'ascension du Pic d'Adam (Sri L…
 Dés que le Printemps revient…
 Exmouth - Coral Bay

partenaires
Mobilité Internationale Expatriation Exportation Commerce International Export

VoyagerLoin - Faites nous kiffer!

Visit http://www.ipligence.com

 

 
© immigrer-contact.com      Nous contacter      Facebook
 
over-blog.com
over-blog.com
immigrer-contact.com Webutation